“Zart” est un adjectif allemand qui se traduit par fragile ou sensible en français.   Il qualifie la compagnie et sa ligne artistique : l’importance d’un jeu dépouillé, d’une approche par les sens, qui puise profondément dans la mémoire et l’instant présent. 

La compagnie ZART a vu le jour en 2008 sous l’égide de Julie Pichavant – performeuse, auteure, metteur en scène. Elle propose “une écriture de plateau” qui ne s’appuie pas sur un texte préexistant, elle enquête et puise dans l’actualité, dans sa mémoire et dans sa biographie, reliant une expérience de l’intime vers l’universelle. Il s’agit d’un travail extrêmement visuel qui est très profondément lié à la musique.

Zart compagnie approche les arts de la scène avec une ouverture systémique sur les arts latéraux ou convergents. Julie Pichavant multiplie les collaborations qui explorent les champs de la création transversale : musique et son, théâtre physique, arts visuels, installations, vidéo, lumière et feu, qu’elle expérimente avec son équipe dans ses performances scéniques.

ZART collabore avec plusieurs artistes : Esperanza López – metteuse en scène et comédienne, pour la direction d’acteur et le regard extérieur, Fabrice Camboulive et Arnaud Romet – auteurs compositeurs, Philippe Pitet – artiste plasticien & scénographe, Guillaume Bautista – artiste visuel, Ti NGuyen danseuse-chorégraphe pour le regard chorégraphique, Jean François Langlois – artificier ainsi que Patrick Cunha  et Christophe Barrière à la lumière, Alberto Burnichon en charge de la régie générale, Fabien Le Prieult – photographe de plateau et l’artiste Ronald Curchod pour la création de visuels.

Il s’agit systématiquement de créer une “oeuvre polymorphe” afin de contaminer l’expérience théâtrale au-delà des frontières entre les genres. La scénographie – entre détournement d’objets et Art pariétal – procède d’un travail de symbolisation. Le travail d’écriture plateau s’ancre dans le présent et notre époque.

…oooOOOooo…

Plusieurs oeuvres performatives ont été crées:  Syndrome Marilyn ,  RIP Rest in peace  , Les poissons ne posent pas de question , Sorry for Paradise, Boca de Cenizas.

La compagnie explore également d’autres territoires ou d’autres champs de questionnements comme dans les lectures performatives / installations autour de l’œuvre du cinéaste Rainer Werner Fassbinder, en compagnie du plasticien Philippe Pitet avec le projet  Fassbinder – Work in progress   et Sers moi dans une coupe cassée. Ce travail s’inscrit dans le cadre de collaborations plus élargies avec des universitaires, des sociologues, des historiens de l’art autour du processus de création.

Parallèlement Julie Pichavant conduit de nombreuses actions de médiation et de formation : pratique théâtrale avec les étudiants de première année du cursus Art et communication, Université Toulouse – Jean Jaurès ; mise en scène d’auteurs contemporain avec  les étudiants de l’IEP – Institut d’études politique de Toulouse; atelier d’écriture et de création scénique avec le CIAM / La Fabrique; accompagnement à la création théâtrale de groupe d’élèves : Lycée Eugène Montel (Colomiers),  Lycée Françoise (Tournefeuille), Lycée Urbain Vitry (Toulouse).

La compagnie travaille en partenariat avec l’Estruch Fabrique de création et l’Alliance Française de Sabadell (Espagne) à la fois pour la traduction de ses textes en espagnol et leurs diffusions.

L’ensemble des textes sont traduits en espagnol en partenariat avec l’Alliance Française et L’Estruch Fabrique de création à Sabadell (Catalogne) et en allemand en collaboration ave le Goethe Institut de Toulouse et le CREG -Centre de recherche et d’étude germanique. 

Zartcie présente ses créations à l’international. Syndrome Marilyn, Les poissons ne posent pas de questions et la performance Boca de Cenizas ont été présentés dans le cadre du Festival International d’Art Contemporain à Manizales – Colombie en 2016, 2017, et 2019 puis au Festival Performance para la Vi(d)a Maria Teresa Hincapié à Armenia – Colombie en 2016, en 2018 et en 2019.

Pour l’année 2017-2018, la compagnie a été sélectionné avec le projet Comme une rolling stone pour mener des interventions artistiques dans le cadre du dispositif CLEA (contrat local d’éducation artistique) en partenariat avec la DRAC Occitanie, la com com Cauvaldor (Communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne) et le Théâtre de L’Usine à Saint Céré.

Avec le projet Les excursions de Zart, présenté en janvier 2018 au Théâtre Le Ring, pour sa première édition, Julie Pichavant mène un projet de création et d’échange international Mexique-France-Colombie en invitant Francisco Arrieta (México) et Jaidy Diaz (Colombie).

En partenariat avec l’Institut Français,la Ville de Toulouse, l’Alliance Française et la Fondation Calle Bohemia, elle mène le projet Hemibrycon Brevispini sur la thématique de la mémoire avec l’artiste Vladimir Cortés Montero en Colombie (juillet-aout 2018).

La compagnie a joué sa dernière création Sorry for Paradise avec le soutien du Théâtre de la Maison du Peuple de Millau, du Théâtre des deux points-MJC Rodez, de Lieu Commun, de l’Espace Roguet, de L’Estruch, de Mixart Myrys, de la Région Occitanie, du Conseil Départemental de la Haute Garonne, de la  Ville de Toulouse.

…oooOOOooo…

Zart Compagnie – Syndrome Marilyn
[Crédit photo : So Foto]

Zart es un adjetivo aleman quiere decir fràgil o sensible en español. Lo elegimos para calificar la linea artistica de la compañia : la importancia de un de un juego desnudo, inscripto en el el instante presente, sobre el filo de la navaja entre tragico y comico. El trabajo de escritura de escena se ancla en el presente y en nuestra época. La puesta en escena, el trabajo sonoro y visual apoyan la voluntad de destruccion de la ilusion teatrale. La escenografia – entre desvios de objetos de arte parietal- procede de un trabajo de simobolisacion primitiva.

Desde su creacion en 2008, Zart Cia. Acerca las artes de la escena con una apertura sistémica hacia las artes latérales o convergentes. Julie Pichavant miltiplica las colaboraciones que exploran los campos de la creacion transversal  : musica y sonido, teatro fisico, artes visuales, instalaciones, video, luces y fuego, que explota con su equipo en sus preformances escénicas.

Se trata de un trabajo extremamente visual que està profundamente ligado a la musica. Desconcierta y golpea por su composicion, su densidad, su energia.

ZART colabora con diversos artistas  : Esperanza Lopez, directora y actriz, para la direccion de actrices y actores, y la mirada exterior  ; Fabrice Camboulive y Arnaud Romet, compositores  ; Philippe Pitet, artista plastico  ; Guillaume Bautista, artista visual  ; Jean François Langlois, artificista  ; también Patrick Cunha y Christophe Barrière en iluminacion  ; Alberto Burnichon, direccion técnica  ; Fabien Le Prieult, fotografo de escena y Ronald Curchod afichista y artista plastico.

Varios espectaculos performativos han sido creados  : Syndrome Marylin, RIP Rest in peace, Los peces no hacen preguntas, Sorry for Paradise, Boca de Cenizas.

Lo que propones Julie Pichavant no se apoya sobre un texto pre-existente, va a bucear en su memoria y en su biografia, ligando una experiencia de lo intimo hacia lo universal.

Julie Pichavant explora igualmenteotros territorios u otros campos de cuestionamiento como en las lecturas performativas / instalaciones alrededor de las obras del cineasta R. W  . Fassbinder y Serguei Eisenstein, en compañia del artista plastico Philippe Pitet con el proyecto Fassbinder – Work in progress  y La copa rota. Este trabajo se inscribe dentro del cuadro de colaboraciones mas expandidas con univesitarixs, sociologos, historiadoros del arte alrededor del proceso de creacion de étse cineasta mayor.

Haciéndose eco de la creación, la compañía llevó a cabo numerosas acciones y capacitación y mediación artisticas: coursos de practica teatral con estudiantes de primer año del cursus Art et Communication de la Universidad Toulouse Jean-Jaurès; puesta en escena de autores contemporaneos con estudiantes del IEP – Instituto de Estudios Politicos de Toulouse; talleres de escritura y de creacion teatral con estudiantes del Liceo Eugène Montel (Colomiers), Liceo Françoise (Tournefeuille), Liceo Urbain Vitry (Toulouse)..

Desde 2015 años con las obras Syndrome Marilyn, Los peces no hacen preguntasy Sorry for Paradise la compañía trabaja en colaboración con L’Estruch Fàbrica de creació y la Alianza Francesa de Sabadell tanto para la traduccion de textos como para su difusion.

El Syndrome Marilyn, Los peces no hacen preguntas y Boca de Cenizas fueron presentados en el Festival Internacional de Arte Contemporáneo de Manizales-Colombia y en el Festival de Performance para la Vida Maria Teresa Hincapié en Armenia-Colombia en 2016, 2017 y 2019. Julie Pichavant es invitada regularmente como artista-formadora sobre el tema de la performance en la Universidad de Bellas Artes Caldas en Manizales, Colombia (octubre de 2016, octubre de 2017, septiembre de 2019).

Con el proyecto « Las excursiones de Zart » presentado en enero de 2018 en Francia en el Ring Teatro en Toulouse para su primera edición, la compañía está llevando a cabo un proyecto de intercambio y diseminación: México-Francia-Colombia, en asociación con la Universidad Nacional de Bogotá y el artista Francisco Arrieta (México).

En el año 2017-2018, la compañía fue seleccionada con el proyecto Like a rolling stone para llevar a cabo intervenciones artísticas como parte del CLEA (contrato local de educación artística) en asociación con DRAC Occitanie (dirección de asuntos culturales) y Cauvaldor (Comunidad de Causses y Dordogne) y el Teatro de L’Usine en Saint Céré.

Julie Pichavant dirige el proyecto « Hemibrycon Brevispini » una investigacion en Colombia sobre el tema de la memoria con el artista Vladimir Cortés Montero ( julio y agosto 2018).

Los peces no hacen preguntas y Boca de Cenizas fueron presentados dentro del marco del Festival de Teatro Para el fin del mundo (16-22  de deciembre) en Tampico-Tamaulipas-Mexico.

 

Revenir au sommaire du site Revenir en haut de page