Les poissons ne posent pas de questions

Los peces no hacen preguntas
« El cuerpo de una mujer fue encontrado en una playa. Se trata probablemente  de una clandestina que intentaba cruzar el Canal de la Mancha a nado, vestida con un traje de natacion ». Estas breves líneas son el punto de partida de una investigación, una reflexión sobre la tragedia de los migrantes. Esta auto-ficción escrita al mismo tiempo en Europa y América Latina autopsia una tragedia. El performance traza las trayectorias de vida opuestas que se unen en una sola voz. Cada individuo ata su destino con un lazo al destino humano en general.Gilles Deleuze pensaba que existe un grito filosófico, que estos gritos filosóficos son como los gritos de los peces. « Si ustedes no escuchan el grito de los peces no saben lo que es la vida. »
…ooo000ooo…

« Un texto que sumerge el espacio memorial de lo intimo en el abismo de la memoria colectiva, interrogando lo inherente del comportamiento migratorio de la especie humana. Un texto puesto en valor por  el formidable trabajo actoral que Julie a desarrollado con Esperanza Lopez y que créa, al interior de este espacio plàstico, todos los instersticios propios a la apertura hacia inmensos horizontes de reflexion y de libertad »

Philippe Pitet a proposito de “Los peces no hacen preguntas”

…ooo000ooo…

Les poissons ne posent pas de questions est le titre de la troisième création de ZART Compagnie.

Cette réalisation s’inspire d’un fait divers : « le corps d’une femme a été retrouvé sur la plage de la Pointe aux oies, il s’agit probablement d’une clandestine qui tentait de traverser la Manche à la nage, vêtue d’une combinaison de natation, la jeune femme avait plié dessous des vêtements secs, emporté des produits énergisants et portait une boussole autour du cou. »

Ce nouveau texte de Julie Pichavant autopsie une tragédie. Il s’agit d’une enquête / auto-fiction en adresse directe qui prend la forme d’un monologue engageant le corps, appuyée sur l’univers sonore. Le spectacle trace deux trajectoires de vies opposées qui s’unissent dans une même voix.  Il évoque le drame de l’exil à travers le regard d’une femme européenne confronté à un fait divers qui bouleverse le sens de sa vie. Chaque individu noue par son destin un lien avec le destin humain en général. Gilles Deleuze pensait qu’il existe un cri philosophique, que ces cris philosophiques sont comme les cris des poissons. «Si vous n’entendez pas le cri des poissons vous ne savez pas ce que c’est que la vie.» Comment donner à entendre ce cri ?

…ooo000ooo…

« Un texte qui plonge l’espace mémoriel de l’intime dans l’abîme de la mémoire collective, en questionnant l’inhérence du comportement migratoire de l’espèce humaine. Un texte mis en valeur par le formidable travail de jeu que Julie a développé avec Esperanza López et qui crée, à l’intérieur de cet espace plastique, tous les interstices propres à l’ouverture vers d’immenses horizons de réflexions et de liberté ». Phillippe Pitet

…ooo000ooo…

De et avec  Julie Pichavant
Regard extérieur Esperanza López
Création sonore Fabrice Camboulive
Régie Générale Alberto Burnichon
Création lumière Patrick Cunha
Création vidéo Philippe Pitet
Création costumes Sabrina Marletta

…ooo000ooo…

Avec Le soutien de la DRAC Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées / la Ville de Toulouse / de la Région Occitanie / de L’Estruch Fàbrica de creatió – Sabadell / de l’Alliance Française de Sabadell / de Combustible.

Cie accueillie en résidences aux Bazis / au Théâtre Le Vent des signes / au Théâtre Le Ring / à la MJC Rodez / au Théâtre de La Maison du Peuple à Millau.

Production : Les Thérèses – n° de licence d’entrepreneur : 2-1023023 et n°3-1023024
6 Impasse Marcel Paul, Z.I Pahin, 31170 Tournefeuille – France

Traduction du texte en espagnol Sara Milla

Crédit photo Visages Vagabonds
Visuel Affiche Ronald Curchod

…ooo000ooo…

Revenir en haut de page
Revenir au sommaire de la rubrique Voir les dates à venir du spectacle

 

zp8497586rq
987zzz321
987zzz321
zp8497586rq